first

29 juillet 2018
interstellarts

no comments

Border between Real and Fiction

Border between Real and Fiction.

ARKit-696x418 Can Buyukberber

Over the last few decades, absurd contradictions have developed in us about the promotion of the vocation to sharing, and about what reveals intimacy in general. In the field of Art, as in so many others, confusion has been the rule. One thing is certain: we have become accustomed, for all the difficulties that may be caused by this confusion, to putting an end to the secret and to what is officially private. Through this article, we will try to delve into what is deepest in the field of Art in its relationship with Real and Fiction.

OPENING ON THE FRONTIER.
How could I start this without mentioning the example of reality TV shows? The world has seen the emergence of programs whose orientation seems to be less secret, less false, more related to real life. A real competition in the wrong, a false competition to be true, a bit of both, that’s what it is. Regarding this phenomenon and contrary to what many say, the problem is not the means of entertainment as such nor the risk of losing its bearings for the youngest viewers or having the wrong ones. The problem is to not be aware of all this. This reflex that is missing in many people today, that of knowing how to question everything that seems real to them. Today, because of a certain genre of reality shows, girls and boys no longer have confidence in themselves. This is not surprising since it is rather one of the consequences of a certain perception of an « idea of ​​reality » becoming popular, revealing a certain ideal world. A world so unreal and false that it was not the harm it sometimes causes, one would almost prefer to forget that it exists. In any case, such a judgment does not matter. What is most necessary in my opinion is that this perception is continually enriched. This enrichment requires, in my mind, a constant readjustment through the fruits of our knowledge and our own experiences regardless of the extent of any obsolete design that could be presented to us. In a way, that’s what we all try to do, almost all, each in their own way. Here is mine: Interstellarts. So, would it be healthy to deduce that we must be disconnected from this world since all this is useless and that it would be better if we return to wise practices, standards often suggested and practiced by parents, the famous « it was better before »? No way. On the contrary, there is nothing better than to be connected to all that is most current in our societies, and it is only by understanding the tendencies even being a good disciple of these that one could anticipate the evolution of things. In this opening, there is no question of thoroughly analyzing, discussing in detail or taking seriously this statement on what characterizes our societies today. The goal is not to judge the utility. We must simply remember that in the genesis of a social norm, the surface progression is ineffective, and that, moreover, it gives rise to absorption in a certain way, that the important changes always take place at a higher level of the human spirit and social dynamics, and in all that surrounds us, some occultation is necessary. And the best expression of it lies in Art. What is most intimate is what traces the frontier of the two worlds, the Real and the Fiction.

26 juillet 2018
interstellarts

1 comment

Frontière entre Réel et Fiction.

Frontière entre Réel et Fiction.

ARKit-696x418 Can BuyukberberI.   Ouverture sur la Frontière
II.  Fiction
III. Réel

Au cours des dernières décennies se sont développées chez nous des contradictions absurdes à propos de l’encouragement de la vocation au partage, et à propos de ce qui révèle de l’intime en général. Dans le domaine de l’Art, comme en tant d’autres, la confusion a été la règle. Une chose est certaine, c’est que nous avons pris l’habitude, pour toutes les difficultés qui peuvent être causées par cette confusion, de faire une croix sur le secret et sur ce qui est officiellement privé. 

A travers cet article, on va tenter de plonger dans ce qu’il y a de plus profond dans le domaine de l’Art en sa relation avec le Réel et la Fiction.

Ouverture sur la Frontière.

Comment pourrais-je commencer cela sans évoquer l’exemple des émissions de Télé réalité ? Le monde a vu émerger des émissions dont l’orientation semble être moins dans le secret, moins fausse, davantage liée à la vie réelle. Une vraie compétition dans le faux, une fausse compétition pour être vrai, un peu des deux, voilà de quoi il s’agit. Concernant ce phénomène et contrairement à ce que disent beaucoup, le problème n’est pas le moyen de divertissement en tant que tel ni le risque de perdre ses repères pour les plus jeunes des téléspectateurs ou d’en avoir les mauvais. Le problème est de ne pas être conscient de tout cela. Ce réflexe qui manque chez beaucoup de gens aujourd’hui, celui de savoir remettre en cause tout ce qui leur semble réel. Aujourd’hui, à cause d’un certain genre des émissions de téléréalité, les filles et les garçons n’ont plus confiance en eux-mêmes. Ce qui n’est pas étonnant puisqu’il s’agit plutôt de l’une des conséquences d’une certaine perception d’une « idée de réalité » devenue populaire, révélant d’un certain monde idéal. Un monde tellement irréel et faux que, n’était le mal qu’il cause parfois, on préférerait presque oublier qu’il existe. Quoi qu’il en soit, un tel jugement importe peu. Ce qu’il y a de plus nécessaire à mon avis est que cette perception soit continuellement enrichie. Cet enrichissement nécessite, dans mon esprit, un réajustement constant grâce aux fruits de nos connaissances et de nos propres expériences indépendamment de l’ampleur de toute conception caduque qui pourrait nous être présentée. En quelque sorte, c’est ce qu’on essaie tous de faire, presque tous, chacun à sa manière. Voici la mienne : Interstellarts.

Donc, serait-il sain d’en déduire qu’il faut être déconnecté de ce monde puisque tout cela est inutile et qu’il serait mieux si l’on revienne à de sages pratiques, aux normes souvent suggérées et pratiquées par les parents, le fameux « c’était mieux avant » ? En aucune façon. 

Au contraire, il n’y a rien de mieux que d’être connecté à tout ce qu’il y a de plus actuel dans nos sociétés, et ce n’est qu’en comprenant les tendances voire en étant bon disciple de celles ci qu’on pourrait anticiper les évolutions des choses. 

Dans cette ouverture, il n’est pas question d’analyser à fond, de discuter dans le détail ou de prendre au sérieux ce constat sur ce qui caractérise nos sociétés aujourd’hui.  Le but n’est pas de juger de l’utilité. Il faut tout simplement en retenir que dans la genèse d’une norme sociale, la progression en surface est inefficace, et qu’en outre, elle suscite l’absorption de façon certaine, que les changements importants s’opèrent toujours à un niveau plus profond de l’esprit humain et de la dynamique sociale, et dans tout ce qui nous entoure, une certaine occultation est nécessaire. Et la meilleure expression de celle ci réside bien dans l’Art. Ce qu’on a de plus intime est ce qui trace la frontière des deux mondes, le Réel et la Fiction.